vendredi 4 août 2017

Prunes, pommes, pignes.

Comme vous les savez, j'adore aller au marché le dimanche matin.



Outre que les étals sont colorés, les producteurs locaux,  les marchands rivalisent d'ingéniosité pour vanter l'excellence de leurs produits,  j'y rencontre des connaissances avec lesquelles bavarder, et surtout, c'est la meilleure manière de suivre le rythme des saisons.



Donc, en ce moment, plus de cerises, mais pléthore de tomates, courgettes, melons, pastèques, pêches.. et arrivée du raisin et des prunes!

J'ai donc craqué sur ces dernières, pour réaliser ma première tarte aux quetsches de la saison, ainsi que quelques pots de confitures:


Dans le même temps, j'ai, de ma cuisine, une vue fantastique sur les pommiers de mon voisin.


Cela ne se voit peut-être pas très bien sur ma photo, mais ceux-ci croulent sous des pommes rouges et dodues à souhait.
Et, lors d'une conversation, mon voisin de m'annoncer qu'il en jette au moins 5 seaux par jour, parce que, n'étant pas traitées, elles sont piquées, donc impropres à la consommation.
Devant mon air sidéré, il me propose de constater par moi-même, et si je veux venir en cueillir, je n'ai qu'à passer avec mon panier.

Pas besoin de me le dire deux fois, voilà Ciboulette et son panier partie ramasser des pommes, une première!



Je le reconnais, elles étaient effectivement toutes abîmées, mais bon sang, qu'elles étaient bonnes!
J'en ai fait des jus et des compotes.. par plus de 30°, certes, mais je peux garantir que c'était du bio à l'état pur.


Enfin, chaque matin, je traverse ce petit parc pour aller chercher mon pain, aller au tram, ou au marché.


Ce n'est que maintenant que je réalise que les pommes de pin qui tombent en ce moment parsèment le chemin de.. pignes!



Et qui dit pignes, dit.. pignons!
Me revoilà donc avec mon panier, glaner sur le sentier de quoi réaliser mon pistou, ou tout simplement, agrémenter une salade..
Mais pourquoi donc ne trouve-t-on dans les magasins que des pignons importés... de Chine???


Pendant ce temps-là, mon chat, totalement indifférent, sieste paisiblement..



vendredi 28 juillet 2017

Pause estivale.



Nous voilà déjà à la fin juillet, et scoop: je suis toute seule à la maison depuis lundi pour une semaine.

Depuis juin, entre nos virées à Berlin, Montignac, et Paris, quelques 20 personnes, famille et amis, nous ont fait le plaisir de passer nous rendre visite, pour une étape, ou un séjour de quelques jours, et nous nous sommes  rendus dans les Cévennes au Vigan (magnifique ville au demeurant), retrouver des amis organistes..pour un concert après un déjeuner fort sympathique.




Mon mari a participé à son stage annuel d'orgue à Alès, et le voilà maintenant dans les frimas du Nord (33° à Lattes, 20° à Lille) découvrir les orgues de cette région, ainsi que.. leurs carillons!

Donc, que pensez-vous que je fasse pendant cette semaine?
Mon stage de piano à moi!
Ma prof habitant maintenant non loin de Montpellier, je suis donc allée chez elle pendant 3 après-midi, rentrant le soir avec des devoirs et exercices à préparer pour le lendemain.

Si j'ai fait des progrès au piano,  mon sens de l'orientation, lui, ne s'est pas arrangé: malgré le GPS, j'ai réussi chaque jour à aller et venir sans jamais passer par le même chemin!

Il faut maintenant que je maintienne le rythme pour ne pas perdre la main.



Inutile de vous dire donc que je n'ai pas cuisiné de la semaine, d'ailleurs, j'ai une excuse: il fait trop chaud, et les tomates, pêches et prunes sont délicieuses en ce moment.
D'ailleurs je n'aime pas cuisiner pour me retrouver toute seule devant une assiette. Si je ne partage pas un repas, ce n'est plus un plaisir, c'est de la déprime!

Pendant ce temps, à Lattes, c'est l'été, les vacanciers sont là, donc,  des festivités sont organisées régulièrement dans les arènes non loin de la maison toutes les quinzaines, le samedi soir.
Voyez un peu:


Puis, les fameux toros-piscines:



Je profite donc de cette semaine de pause pour faire du piano, certes, bouquiner, nettoyer la piscine et ratisser  tout ce qui tombe dans mon jardin à cause de ce fichu mistral qui souffle sans discontinuer depuis lundi, mais aussi subir quelques séances chez le dentiste, et ma performance de l'année, faire le chat chez le vétérinaire!

Je m'explique: si je suis dévorée par les moustiques, il en va visiblement de même pour mon chat.
Qui a recommencé à se gratter et se faire des plaies, comme il y a bientôt 3 mois.



J'appelle donc le cabinet vétérinaire, explique le cas à la secrétaire, lui explique que je ne peux actuellement pas amener mon chat qui pèse plus de 7 kgs à bout de bras, et  demande si je peux obtenir le renouvellement de son ordonnance.
Quelle naïve je suis!

Mais non, mais non, me répond la secrétaire d'un ton scandalisé.
Le vétérinaire doit impérativement voir mon chat avant de renouveler l'ordonnance, il y a des règlements et des contrôles, m'enfin!

Là, j'ai ruminé toute la nuit, et le lendemain matin, mon exaspération n'étant toujours pas passée, je me suis rendue au cabinet vétérinaire et annoncé très sérieusement à cette charmante secrétaire que j'avais besoin de consulter, il suffisait d'admettre que j'étais mon chat, me suis mise à miauler, miaou, miaou, à me gratter furieusement (merci, les moustiques) tout en lui proposant de tenter de grimper sur l'arbre à chat en continuant à miauler s'il suffisait de cela pour la convaincre.

Résultat: elle a foncé voir le véto, et est revenue avec une ordonnance pour tenir la semaine.. le temps que mon mari revienne pour m'aider à amener le chat.

Je ne m'interroge que maintenant sur le fait qu'il y avait des clients dans la salle d'attente.. j'espère ne pas les croiser dans la rue!

vendredi 7 juillet 2017

Viva la plancha!

L'été est bien installé, les cigales chantent, le soleil tape et mon jardin est splendide, si je n'oublie pas de l'arroser.



Mes agapanthes sont en en fleurs, et mes olives poussent!





La piscine est à 30°, mon mari a repeint la terrasse, nous avons acheté des transats supplémentaires..
Nous sommes prêts pour accueillir les nombreux vacanciers qui ne vont pas tarder à arriver.

Cerise sur le gâteau, nous avons décidé d'investir pour cet été dans.. une plancha électrique!

Parce que le barbecue en été, c'est sympa, mais il faut faire chauffer les braises  une bonne heure à l'avance par plus de 30°, donc suer à grosses gouttes à côté, surveiller les aliments qui cuisent pour éviter qu'ils ne tombent entre les grilles, et ensuite.. nettoyer le tout.
 Rajoutons que lorsqu'on pense barbecue, on a cette image en tête:


Alors qu'en réalité, c'est toujours le même qui s'y colle pendant que les autres convives viennent surveiller la cuisson, jamais assez rapide,  et abreuver de conseils le pauvre cuistot.


Bref, c'est marrant un été, mais pas plus.

Attention, nous avons consciencieusement étudié la chose avant de l'acheter.
Une grande plaque, donc, pour 4 à 6 personnes, une planche en fonte émaillée, pour un nettoyage facile, et une forte puissance pour une cuisson rapide.

Le plus compliqué a été de trouver une place où poser la chose..
Après de multiples tentatives, elle a finalement trouvé sa place idéale.. dans le barbecue!



Deux tests effectués depuis hier avec légumes, poissons: çà chauffe en 10 minutes, cuit en 15, se nettoie facilement.bref, la perfection.

Je comprends maintenant pourquoi tous mes voisins ont abandonné le barbecue pour la plancha!


jeudi 29 juin 2017

Virée parisienne.

Mine de rien, cela faisait finalement très longtemps que je n'étais pas revenue à Paris, presque une année!


Date du séjour choisie il y a un moment déjà, sans savoir que ce serait la fin de l'épisode caniculaire à Paris, on a eu chaud, très chaud.



Mais Paris reste toujours Paris et il s'y passe toujours quelque chose.
Samedi, défilé des libertés, rue de Rivoli:


Et sur la Seine, festivités autour de la candidature de Paris aux Jeux Olympiques, avec la fameuse piste flottante (non, je n'ai pas vu notre président faire de la boxe ou du tennis):


Donc, beaucoup de monde, partout, stations de métro qui ferment et sirènes de police qui retentissent, on s'est vite retrouvés dans l'ambiance.

 Retrouvailles samedi soir avec des amis pas vus depuis trop longtemps, autour d'une table libanaise rue de la banque, chez Liza:


Restau très chic qui applique un concept surprenant: la tablée commande un type de menu, et ce sera le même pour tout le monde, il s'agit de partager un repas, à nous de nous mettre d'accord sur ce qu'on a envie de manger, c'est convivial, on vous dit.
Mis à part ce côté un peu dictatorial, les plats étaient très bons, et surtout, en quantités énormes!
Dommage que l'ambiance ait été si bruyante:  si nous étions heureux de nous revoir, nous avons eu du mal à nous entendre (on vieillit, peut-être?).

Dimanche midi, rendez-vous avec nos super filles, près de Notre Dame, autre style, autre décor, et très bon aussi:


Petit moment magique en famille,  traverser la Seine,  passer devant la cathédrale, découvrir le scooter que l'une vient de s'offrir pour circuler plus facilement, discuter, nous raconter nos dernières aventures, rire et.. manger, bien sûr.

Nous continuerons à.. manger le dimanche soir chez mon ami Carlos, qui nous héberge lorsque nous venons à la capitale, et nous reçoit divinement avec son épouse autour de p'tits plats dont il a le secret et qu'il mitonne avec tout son coeur.. Miam!

Soyons sérieux, après toutes ces agapes et rencontres, nous avions prévu une sortie culturelle tout de même:


Visite guidée au Grand Palais lundi matin, pour s'extasier encore et encore sur ce sculpteur extraordinaire au gré d'une expo qui a su mettre en scène tous ses chefs d'oeuvre..



Une découverte coup de coeur pour cette tête de Camille Claudel, quasi surréaliste:



Nous voici maintenant de retour à la maison,.
La canicule nous accorde une pause, les orages éclatent,on souffle un peu,  on classe les photos prises, et je vous envoie ce post!



jeudi 22 juin 2017

C'est l'été et les amis arrivent!

C 'est officiel, depuis hier nous sommes en été.
A vrai dire, voilà déjà un bon moment que nous avons vraiment, vraiment chaud.



Heureusement, un petit vent venu de la mer nous donne de l'air, et surtout,  la piscine nous offre à tout moment l'occasion de faire trempette. Ceci étant, la température de l'eau est de 32°, le rafraîchissement est tout relatif..

C'est l'été, et nos premiers visiteurs sont venus nous rendre visite quelques jours, grosses salades pour les repas, plongeons, jeux de cartes en soirée et crises de fous- rire au programme!

Pour trouver un peu de fraîcheur, nous avons voulu varier les différents types de baignade qu'offre notre situation géographique:
trempette chez nous dans la piscine,
à la plage, sur les bords de la Méditerranée,
et une première, au lac du Salagou, dans les Cévennes. (ma motivation pour y aller: son nom rigolo)!

Mention spéciale, donc pour le lac, et sa sympathique guinguette qui nous a accueilli pour le déjeuner.



Avec les chaleurs, arrivent.. les moustiques!
J'ai ressorti l'assortiment de sprays, plaquettes, diffuseurs classiques pour lutter contre ces bestioles qui ont une affection particulière en soirée pour mes chevilles et autres parties de mon anatomie.
Nous avons trouvé un nouveau jeu relativement efficace: la raquette anti-moustique!


Il ne faut donc pas s'étonner si on voit l'un d'entre nous, le soir, faire soudain de grands moulinets de bras avec cet engin: ce n'est pas une crise de délire du à la chaleur,mais la chasse aux moustiques et autres bébêtes pénibles qui se trouvent électrocutés en un grésillement si on arrive à les toucher!

Pendant ce temps, notre chat, indifférent à notre agitation, fait la sieste en permanence.
Il a cependant du s'intéresser beaucoup plus que moi aux élections qui viennent de se tenir, car je connais maintenant ses opinions politiques: mon chat est un écolo radical!
Je m'explique: dès qu'il me voit me pencher pour ôter les innombrables pousses de palmier qui ont germé au milieu de mes hortensias, il s'approche, se couche dessus, et pousse ma main de son museau..
Je ne veux pourtant pas de palmeraie!!


Activité indispensable de la saison: lecture, bien sûr..
Mention spéciale au dernier Fred Vargas, dont je vous avais annoncé la sortie, et que j'ai dévoré:


Et dans un tout autre genre, un grand moment avec Sylvain Prudhomme (qui m'avait déjà bouleversé avec "les grands"):

Découverte de cette région du sud, la Crau, récit de la mémoire familiale, la quête de nos racines, de nos origines, ici,entre transhumance des brebis et internet..
On ne lit pas ce livre, on le vit, il résonne en nous.. Petite pépite!
Gros problème maintenant: qu'est ce que je vais bien pouvoir lire??

Tout mes visiteurs sont repartis à cette heure, la lessive sèche au soleil.. nous pouvons partir pour le week end à Paris et y retrouver nos jeunes et nos amis!




mardi 13 juin 2017

Zénitude lattoise.



Nous nous sommes octroyé un temps de peu de repos après  nos périples multiples et variés qui nous ont mené ces derniers temps de Berlin à Montignac, puis à Fanjeaux, (retrouver oncles et tantes),

Nous sommes rentrés la tête pleine d'émotions, de souvenirs.
Pour n'en citer qu'un, la cueillette des cerises dans le jardin de mes parents.. j'y ai retrouvé chez certains, dont moi, un côté ludique et gamin.. insoupçonnable bien sûr!


Donc, la semaine passée, nous nous sommes octroyés calme et repos.
Ce qui veut donc dire prendre notre temps, et faire ce qui nous plait dans un tempo assez lent: fait très chaud!

A savoir, plonger dans la piscine qui nous tend les bras avec ses 30°, regarder la finale de Roland Garros, confectionner mon stock de confitures de fraises et d'abricots, bouquiner et jouer du piano.

Et oui, j'ai repris les leçons avec ma chère Guzelya, au rythme d'une fois par mois, et programmé un stage de 3 jours fin juillet, pendant que mon mari participera à son stage d'orgue annuel à Alès.



Je devrais enfin arriver à maîtriser les doigtés, le rythme, je sens que ça vient, si, si, pour enfin, produire ce qu'on appelle.. de la musique!



Qu'on se rassure, nous voici tout frais et régénérés, prêts à accueillir nos visiteurs dès demain, et le jardin, de son côté,  est tout en fleurs!





vendredi 2 juin 2017

Un séjour berlinois enchanteur..


Nous sommes donc revenus de Berlin mardi soir, après avoir passé quelques jours en compagnie d'amis très chers qui nous ont permis de découvrir un Berlin autre que celui des circuits touristiques. celui dans lequel ils vivent, et dont je suis tombée sous le charme, sans réserve!

Certes, il faisait un temps magnifique, voire même très chaud, surprise de taille: les températures dépassaient les 30°.

Mais, reprenons, le thème des visites choisi par mes amis était le suivant: la nature dans Berlin.
Cette ville est une ville verte: des allées bordées de tilleuls, de platanes (coucou les pollens), de pistes cyclables, de parcs immenses qu'investissent le week end familles,  musiciens amateurs,



brocantes ou marchés divers, tel ce thaï coloré..


et ma foi, fort appétissant:



Des lacs ceignent la ville, lacs où l'on peut se baigner, faire de la voile, ou, tout simplement, se prélasser.


Sincèrement, si je vous dis que je suis à Berlin, non loin d'une station de métro, vous le croyez?
Et pourtant, si.. et non loin de là, voilà un petit port de plaisance fort romantique:


Les demeures qui bordent ces lacs sont empreintes d'un charme fou et nostalgique, certaines abritent un musée, d'autres vous servent de fantastiques brunchs, quand d'autres.. sont tout simplement habitées:


Mais Berlin, c'est surtout un formidable pari réussi entre le passé, et le présent, résolument tourné vers l'avenir, et qui n'oublie de prendre le temps d'en profiter.
Rappelez-vous, Berlin détruit lors de la seconde guerre mondiale, la guerre froide, la chute du mur, la réunification est/ouest, quelle page d'histoire!

Chaque quartier a su garder son âme, l'architecture de l'ouest, et celle de l'est cohabitent et renchérissent d'énergie chacune à sa manière.
Ici, des galeries d'art aménagées dans les galeries est de la ville, rénovées et pleines de vie:


Là, une terrasse ( qu'il faut savoir trouver!), aménagée en plage sur le toit d'un centre commercial où l'on peut tranquillement boire un verre et s'adonner au farniente au soleil couchant:


Là encore un squat d'artistes qui se sont installés, organisent des visites, mais, ont adopté un règlement draconien: on ne pourra pas y entrer faute d'avoir réservé ( les bras m'en sont tombés..)!


Deux événements auront également marqué notre séjour.
Tout d'abord, le concert donné sur la" place de la gendarmerie" , concert donné dans le cadre des églises et en soutien aux réfugiés, l'orchestre de la philharmonie de Berlin interpréta donc en plein air, et devant une foule nombreuse,


une création originale associant musiciens et musiques venues d'ailleurs, pour conclure par le choeur de "l"hymne à la joie", entonné par tous les spectateurs. Emotion garantie!



Enfin, pour finir en apothéose, nos amis avaient réservé des places pour aller assister au Don Giovanni de Mozart donné à l'opéra comique.
Une mise en scène complètement déjantée, mais fidèle au texte et à l'esprit de l'oeuvre, qui a su faire ressortir tout le côté comique de cet opéra, un moment fabuleux, plein de surprises et d'éclats de rire.. sans oublier le p'tit chocolat offert à la fin de la représentation..



Vous l'aurez compris, j'ai passé des moments extraordinaires à Berlin.

Je garde pour moi le plaisir des retrouvailles avec mes amis, les moments à discuter, à savourer ces moments rares et précieux,  en faisant du shopping ( les essais de tenues, moments inoubliables de fous-rire!), ou sur une terrasse, le midi ou le soir, autour d'un verre ou d'un déjeuner, à refaire à nouveau le monde, comme lorsque nous avions 20 ans.. mais, finalement, nous avons toujours 20 ans!
Seulement, maintenant, en plus, nous avons l'expérience de savoir le savourer!