mardi 23 mai 2017

Attention, imposteur!



Au milieu des tracts distribués un peu partout en vue des législatives, voilà ce qu'une de mes filles à reçu:



Non, il ne s'agit pas de moi, l'unique, la seule, la vraie Ciboulette, scrogneugneu, qui n'a pas besoin d'un titre de professeur!

J'adhère par contre à la démarche, pour ceux qui n'ont pas le temps d'aller faire leur marché de petits producteurs..

Allez, c'était mon clin d'oeil du jour avant de partir en rando.. sous la chaleur, ça va transpirer!




dimanche 21 mai 2017

Culture et gastronomie

On ne chôme pas, dans le sud, croyez-moi.

Depuis mon dernier post, voyez un peu, nous avons assisté:

-au dernier concert de note abonnement à l'orchestre de Montpellier, Mozart, Schumann et Mendelssohn au programme, rien que cela,

-  nous sommes allés à Aigues-Mortes, sa ville, ses remparts et ses salins (admirez les couleurs!) avec la famille:


- puis, un tour à Nîmes: les arènes, la maison carrée (ni carrée, ni maison), la tour Magne, avec les mêmes:



- nous avons vu une pièce de théâtre jeudi soir, débat et rencontre avec l'auteur en fin de représentation:



- et enfin, ce week- end,  visite à "la comédie du livre" placée cette année sous le thème: "Montpellier, carrefour des Méditerranées": c'était le salon du livre, place de la Comédie.  à Montpellier.
A l'affiche, Yahia Belaskri, Sylvain Prudhomme, Tanguy Viel, Yasmina Khadra, quelques-uns de mes auteurs favoris!



J'avoue n'avoir pas eu autant d'activités que durant ce court laps de temps... et encore, j'ai zappé hier soir la nuit des musées..


Par ailleurs, j'ai parfois l'impression que ma petite ville a acquis le titre de centre du monde, je vois finalement beaucoup plus de monde que lorsque nous étions en région parisienne, et c'est un vrai bonheur de retrouver tous ceux que je connais, ou ai connu dans mes occupations antérieures, qui passent nous faire un coucou, ou que nous allons retrouver dans le coin.

Du côté d'Avignon, par exemple, pour un déjeuner dans un vieux mas en cours de restauration au jardin enchanteur:


Ou chez moi, sur la terrasse, au soleil, et que faisons-nous lorsqu'on retrouve famille et amis?

Certes, on évoque les souvenirs, on se donne des nouvelles des uns et des autres, on joue aux cartes, mais surtout: on partage un repas ensemble!

Et en ce moment, c'est magique, les fruits et légumes du printemps sont là, tout frais, tout craquants, les petits pois, les pois gourmands, les fèves, les fraises.. et maintenant, les abricots, pêches et cerises..


Le sud, c'est magique, c'est le lieu ou culture et gastronomie vont de pair..

mercredi 10 mai 2017

Qu'on se le dise: le Fred Vargas nouveau est arrivé!



On nous annonce de la pluie demain, mais j'ai un super programme pour demain: piano et lecture!
A moi les nouvelles aventures de mon commissaire préféré, après mon cours de piano.

Et oui, j'ai retrouvé ma professeure de piano qui vient de déménager non loin de chez moi, je reprends donc mes leçons et espère encore et toujours progresser..


Il faut savoir s'adapter rapidement dans cette région: hier matin, c'était rando-coquelicots et genêts:




avant de déjeuner avec tout le groupe de joyeux randonneurs sur le port de Mèze, si mignon en cette saison, loin de la foule estivale!


Ces derniers jours ont été magnifiques, la température de la piscine dépasse maintenant légèrement les 22°, nous avons pu y faire de timides longueurs, et les légumes et fruits de cette saison titillent nos papilles, à nous les salades de fèves, radis, les petits pois tout frais, les fraises et les premières cerises!!



Donc, demain, il pleut.. pas grave, j'ai Fred Vargas pour me tenir compagnie!

vendredi 5 mai 2017

Un bouquin, un musée, un ciné.

Et voilà mon trio pour la semaine qui vient de s'écouler.

Un bouquin, donc, pour commencer.
En prévision de mes déplacements en train la semaine dernière, j'avais emporté sur ma liseuse quelques polars sympas et faciles pour passer le temps.

Mais, à la première gare, m'arrêtant, comme d'habitude, dans un brave Relay, je tombe sur un poche de Patrick Rambaud qui m'avait totalement échappé à sa sortie, à savoir:


Patrick Rambaud, mais si, rappelez-vous, c'est lui qui avait chroniqué le "règne de Nicolas le petit", à savoir les 5 années du quinquennat de Nicolas Sarkozy à la manière de St Simon!
Il avait juré que ces chroniques l'avaient épuisé et qu'ils ne recommencerait plus ce genre d'exercice, et bien si, il a récidivé.
Bon, cette fois, il coupe le quinquennat de François Hollande en deux parties, il me reste à finir le deuxième tome:


Il faut l'avouer, si le style est toujours aussi jouissif, le trait cinglant et la caricature pertinente, le sujet qu'il traite finit par donner un vague sentiment de tristesse et de néant.. C'est vraiment juste cela que l'on retiendra de notre époque pas très gaie de petits comptables peu reluisants?
Donc, oui, on rit beaucoup en le lisant, mais honnêtement, on rit un peu jaune.

Pour avoir la pêche, je vous recommande, si vous passez dans le coin, d'aller visiter le musée Peugeot à Sochaux!


Pour rappel, nous étions partis assister à un mariage dans le coin vendredi dernier, et avions la matinée de samedi à occuper.
Je ne suis pas fan de voitures, mais je reconnais avoir été enchantée!
Les premières voitures en bois, le grand bi, les premières limousines somptueuses où l'on imagine aisément Gatsby au volant:


Les voitures vues dans bon nombre de film de gangsters:


Voire dans Tintin:



Plus surprenant, un exemplaire de la "papamobile" utilisée lors de la visite du pape en France, ou l'unique et superbe piano créé en collaboration avec Steinway!


Peugeot n'a donc pas fait que de moulins à café, sel ou poivre, et des voitures..
Finissons par quelques voitures étonnantes:



Voilà, c'est gai, coloré, bourré d'imagination, ouf, ce dont j'avais besoin.

Enfin, si comme moi, vous vous sentez un peu nauséeux dans cet entre-deux tours électoral, une bonne catharsis indispensable,  après avoir vu le débat de mercredi soir: un film intelligent, bien glauque et qui fiche la trouille, et non dénué d'une pointe d'humour:


Comment vous dire? Le film commence bien gentiment (après une courte introduction dont on ne comprendra le sens que bien plus tard), dans le style "devine qui vient dîner ce soir".
Bon, on se dit qu'on démarre tranquillement une histoire de couple mixte et de racisme feutré dans l'Amérique d'Obama, classique, on s'enfonce tranquillement dans son fauteuil.
Petit à petit, tout dérape, et on se sent happé dans un film de Polanski.. aux décors bien léchés, bruitages flippants (brr, le bruit de la petite cuillère qui tinte contre la soucoupe), personnages un peu trop sympas et inquiétants...une pincée de Franju (les yeux sans visage) avant de finir dans un final à la Tarentino, bien gore et saignant!

Ames sensibles s'abstenir, donc, mais pour les autres, lâchez vous, allez-y, cela vous permettra de tenir jusqu'à dimanche!

jeudi 4 mai 2017

Festivités printanières


Le week- end dernier, nous étions invités à Héricourt, près de Montbéliard, au mariage d'une de mes nièces.
Nous sommes donc partis en train, vendredi après-midi, tout joyeux d'aller participer à cette cérémonie familiale, gage de bonheur et de fête, mais également un peu inquiets au sujet de la météo,  il avait neigé l'avant-veille..

Heureusement, samedi, un grand soleil s'était levé pour cette journée:


et nous avons pu tous nous retrouver, revêtus de nos habits de fête, selon le code "jute et dentelles", ( sinon, je n'avais pas de doudoune avec de la dentelle..)

Regardez comme cela peut être joli une décoration sur ce thème:



Engagements à la mairie, cérémonie mixte et musicale pleine d'émotions



et soirée festive avec repas, jeux, danse, lancer de ballons.. un moment privilégié de bonheur, et que la mariée était belle!



Le lendemain matin, destination Strasbourg, pour une autre rencontre familiale, l'anniversaire de mon beau-père dont on fêtait les 94 ans!



Je l'avoue, le dimanche soir, nous étions un peu fatigués, nous avons sauté le dîner pour nous coucher tôt, sachant que le lendemain notre train pour rentrer à Montpellier était à.. à 6 heures du matin!



J'ai perdu l'habitude de faire la fête et de me coucher tard, moi..

Depuis, le temps est redevenu grisaillou, bon prétexte pour se reposer, en attendant de nouvelles aventures.




mardi 25 avril 2017

Mes petites recettes pour fuir les actualités.

La campagne électorale pour la présidentielle m'a laissé une impression étrange de grand désordre.
Les résultats du premier tour également..

Seul mon chat reste complètement indifférent.



Donc, pour fuir ces innombrables débats, ces sempiternelles querelles d'experts auto-proclamés qui moulinent dans le vide, j'ai décidé de suivre son exemple.

Dans mon cas, il s'agira bien sûr, de plonger dans les bouquins.

Quelques romans tout d'abord, avec Luis Sepulvéda ( réminiscence du voyage au Chili), et son recueil de nouvelles autour du monde tout à fait chaleureuses, réconfortantes et poétiques, j'ai nommé:


Un pur délice, un petit joyau à lire et à relire sans modération.

Autre style, un roman de Yahia Belaskri, auteur algérien, recommandé par une amie, et que je recommande à mon tour chaudement, tant son style littéraire et sa description de l'Algérie actuelle sont bouleversants:


Le trajet en bus du personnage principal qui décrit ce qu'il voit de sa fenêtre, les rencontres qu'il y fait, et les souvenirs auxquels il est renvoyé.. Une vraie claque!

Comme j'aime beaucoup Erik Orsenna, et que je vis dans une région à moustiques, je n'ai pas hésité à sauter sur son dernier essai:

Toujours aussi bien raconté, les incursions de ce faux naïf dans les labos d'entomologie, de recherche, les  hôpitaux, et pays infestés ont une répercussion immédiate chez moi: la chasse au moustique est ouverte!

Trêve de parano, quand je lève le nez de mes bouquins, c'est pour regarder mon jardin et les fleurs dont il se pare en ce printemps:



Pour se nettoyer la tête, une bonne rando, ça marche aussi.
Sauf  aujourd'hui: il y avait un "risque de pluie", donc la rando a été annulée.. et non, il ne pleut toujours pas. J'adore ce pays où on se chouchoute..
Sinon, la semaine dernière, je me suis baladée pendant plus de huit bornes dans ce paysage:


Enfin, pour clore définitivement mon esprit à toute info nauséabonde, je me suis réfugiée dans l'Histoire.

Tout en finissant de lire l'énorme pavé sur Aliènor d'Aquitaine ,un peu indigeste et quelque peu confus, je me suis plongée dans les documents qui traitaient de cette époque- le XIIème siècle, comme il se doit- pour remettre un peu en place, en prenant des notes, ces personnages aussi fabuleux que Chrétien de Troyes, Abélard, Richard Coeur de Lion, Saladin, Suger à St Denis, Jauffré Rudel et.. l'extraordinaire Aliénor, bien sûr.


J'espère ne pas tout oublier avant un certain temps!

Et maintenant, me direz-vous? Comment tenir encore les jours qui nous séparent du second tour des élections..


Soyez rassurés, j'ai trouvé.
Le MOOC qui débutait justement hier et à laquelle je me suis inscrite.


Organisé par Orange et le Grand Palais, ce cours propose de découvrir, ou de réviser l'histoire de l'Art depuis la Renaissance ( vous noterez, en passant, que j'avance quand même dans le temps, du XII au XVIème..), à nos jours!

Tout ce que j'aime, youpiiiii!


samedi 15 avril 2017

Fin d'une semaine chargée d'émotions..

Rarement quelques jours se suivant m'auront apporté une telle charge émotionnelle.

Résumons:
Visite de mes filles lundi dernier.
L'une d'elle fêtait son anniversaire,


 l'autre venait d'apprendre dans le train sa réussite à l'agrégation de lettres modernes.



Deux événements heureux à partager, double champagne, donc à leur arrivée!


Ajoutez à cela les jours passés ensemble dont je vous parlais dans mon dernier post, j'étais vraiment sur mon nuage de bonheur dans un ciel tout bleu.

Mais ce n'était pas fini.
Nous avions réservé il y a longtemps de cela, des places pour assister à "la Passion selon saint Matthieu" donnée dans le cadre du festival de Pâques d'Aix en Provence.
Festival ô combien couru, nous avons pu nous en apercevoir, en croisant, au milieu des tenues de soirée, quelques personnalités politiques ou autre..
Quant au concert lui-même, il était rediffusé en direct sur Radio classique.


Pour arriver à Aix, situé à près de 155 km de chez nous, un vendredi soir, fin des congés, début du week end pascal,(donc,  période de gros bouchons).. nous sommes partis tranquillement en milieu d'après-midi.
Nous avons ainsi pu nous balader sur le cours Mirabeau, prendre un verre, entrer dans une boutique de calissons, et profiter de la toujours exceptionnelle lumière de cette ville particulière.


Mais le meilleur restait à venir, et je ne m'y attendais pas.
La Passion,  je crois connaître assez bien.
Je pensais  m'asseoir à ma place, et profiter en toute quiétude de ce moment musical.

Sauf que, la direction de l'oeuvre était assurée par Philippe Herreweghe  


et son interprétation confiée à son Collegium Vocale Gent.



Je ne l'avais jamais ressentie comme cela.
Une telle perfection, une telle beauté, j'en ai été saisie par l'émotion et ai fondu en larmes..
Voilà très longtemps que je n'avais pas été bouleversée à ce point.
Trois heures hors du temps, pour atteindre des sommets inégalés jusqu'alors.



Il a quand même fallu rentrer après un tel chamboulement,  et arriver, à la fois surexcités et fatigués à 2 heures du matin chez nous.

La semaine se conclut demain en beauté par la fête de Pâques..
Je vous souhaite plein de bonheur!